Afficher cette page en : Français Néerlandais
  RECHERCHER

Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire
Recherche de A à Z
Professionnels > Publications > Communiqués de presse & Communications > Participation de la Belgique à l'opération ...
Communiqué de presse (30/07/2020) Nous suivre sur TwitterNous suivre sur Facebook


Participation de la Belgique à l'opération internationale OPSON IX visant à lutter contre la fraude alimentaire.
L'AFSCA à la tête de la lutte contre la viande chevaline produite illégalement.

  Opson (qui signifie « nourriture » en grec ancien) est une opération organisée chaque année et coordonnée par EUROPOL et INTERPOL. L’objectif est de lutter contre la mise sur le marché de denrées alimentaires et de boissons contrefaites et non conformes et, bien entendu, de démanteler les groupes criminels organisés qui en sont à l’origine. L’opération 2020, la neuvième du genre, s'est déroulée de décembre 2019 à juin 2020 et a impliqué les services de lutte contre la fraude alimentaire de 83 pays. Cette édition 2020 visait spécifiquement le trafic de produits alimentaires et de boissons de contrefaçon et ne répondant pas aux normes.

Comme chaque année, l’AFSCA a participé à cette action d’envergure, via son Unité Nationale d’Enquête (UNE), récemment renforcée pour mieux lutter contre la fraude au sein de la chaîne alimentaire. La Belgique faisait partie d'un projet spécifique lancé par Europol pour soutenir les autorités nationales dans la lutte contre la vente de viande chevaline produite illégalement.

L'Office européen de lutte antifraude (OLAF), la Commission européenne, l'Office de la propriété intellectuelle de l'Union européenne (EUIPO), les autorités nationales de réglementation alimentaire et des partenaires du secteur privé soutiennent et participent à cette action d’envergure.


La Belgique à la tête de la lutte contre la vente illégale de viande chevaline.

L’AFSCA faisait partie d'un projet spécifique lancé par Europol pour soutenir les autorités nationales dans la lutte contre la vente de viande chevaline illégale, vu l’expertise qu’elle a développée en la matière. Ce projet a été mené par la Belgique et les Pays-Bas et soutenu par la DG Santé de la Commission européenne.

Les activités opérationnelles de l’ensemble des pays ont permis le contrôle des documents de plus de 157 000 chevaux provenant de 8 pays et d'environ 117 tonnes de viande chevaline.

Des animaux vivants et plus de 17 tonnes de viande chevaline ont été saisis dans plusieurs abattoirs européens. Les inspections des chevaux d'abattage dans plusieurs pays ont montré qu'environ 20 % des passeports étrangers utilisés pour ces chevaux présentaient des signes de falsification.

En Belgique, 20 opérations de contrôles ont été menées, dont quatre dans des abattoirs. 308 passeports et chevaux ont été passés au crible, 88% de ceux-ci étaient en règle. 28 passeports falsifiés ont été identifiés, dont 13 qui concernaient de fausses identités. Ces falsifications ont essentiellement pour but d'introduire illégalement des équidés « exclu de la chaîne alimentaire » (statut légal, irréversible) dans la chaîne alimentaire en modifiant frauduleusement ce statut via leurs passeports. Ces chevaux de selle ont donc potentiellement pu recevoir un traitement médicamenteux exclusivement réservé aux animaux exclus de la chaîne alimentaire. Il s’agit également d’une potentielle fraude éthique puisqu’un des propriétaires précédents, voire le naisseur, en choisissant ce statut, ne désirait pas que les chevaux concernés entrent dans la chaîne alimentaire.

86 chevaux dépourvus de passeport et provenant de plusieurs pays européens ont été contrôlés via leur micropuce. Suite à ces contrôles, 13 dossiers ont été ouverts par l’AFSCA et 12 saisies sanitaires effectuées. Un camion utilisé pour transporter des chevaux aux identifications falsifiées a été saisi par l’UNE lors de l'un de ces contrôles.

Etant donné les enquêtes en cours, les résultats globaux seront communiqués ultérieurement, en collaboration avec Europol.


Des contrôles systématiques également effectués en dehors des actions spéciales

Au-delà de cette opération d’envergure, l’AFSCA effectue une surveillance quotidienne, notamment sur la viande équine.

Comme chaque animal qui va entrer dans la chaine alimentaire, tous les chevaux doivent être soumis à une expertise avant et après l’abattage. Ainsi, en 2019, 5.584 chevaux ont été contrôlés à l’abattoir, et plus de 98% de ceux-ci étaient conformes, tant d’un point de vue sanitaire que d’un point de vue réglementaire.
Grâce aux contrôles stricts imposés aux abattoirs afin de détecter tout indice de fraude -contrôles parmi les plus stricts en Europe, la Belgique a depuis de nombreuses années fortement réduit le risque de fraude pour les chevaux identifiés et enregistrés chez elle.


OPSON IX : résultat des autres volets de l’opération

L'opération OPSON de cette année a permis le démantèlement de 19 groupes de criminalité organisée impliqués dans la fraude alimentaire et l'arrestation de 406 suspects. Plus de 26 000 contrôles ont été effectués. Environ 12 000 tonnes de produits illégaux et potentiellement dangereux d'une valeur d'environ 28 millions d'euros ont été saisies. Avec plus de 5 000 tonnes saisies, les aliments pour animaux représentent le produit le plus saisi, suivis par les boissons alcoolisées (plus de 2 000 tonnes), les céréales, les grains et les produits dérivés, le café et le thé et les condiments. De grandes quantités de safran ont été saisies : 90 kg en Espagne et 7 kg en Belgique, pour une valeur estimée à plus de 306 000 euros. Les autorités américaines ont saisi 147 kg de graines de noyaux d'abricot crues vendues comme remède contre le cancer.

Voir également la communication d’EUROPOL à ce sujet publiée le 22/07 : https://www.europol.europa.eu/newsroom/news/320-tonnes-of-potentially-dangerous-dairy-products-taken-market-in-operation-opson-ix-targeting-food-fraud

Les aliments et boissons contrefaits et ne répondant pas aux normes peuvent se retrouver dans les rayons des magasins du monde entier. La vente en ligne croissante de ces produits, potentiellement dangereux, constitue un danger pour la santé des consommateurs. L'opération OPSON a été créée pour lutter contre le crime organisé impliqué dans ce domaine. Mais alors que les pays du monde entier poursuivent leurs efforts pour contenir le COVID-19, les réseaux criminels qui distribuent ces produits potentiellement dangereux maintiennent leur détermination à faire des profits. La variété des aliments et des boissons saisis au cours de cette opération rappellent aussi aux citoyens qu'ils doivent être vigilants quant à ce qu'ils achètent, spécifiquement sur Internet, et que les autorités doivent continuer à faire preuve de vigilance, de concertation et à agir ensemble.
Notre mission est de veiller à la sécurité de la chaîne alimentaire et à la qualité de nos aliments, afin de protéger la santé des hommes, des animaux et des plantes.

Version imprimable   |   Dernière mise à jour le 30.07.2020    |   Haut de la page
Conditions d'utilisation & disclaimer   |   Copyright © 2002- FAVV-AFSCA - Tous droits réservés   |   Extranet