Afficher cette page en : Français Néerlandais
  RECHERCHER

Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire
Recherche de A à Z
Professionnels > Publications > Communiqués de presse & Communications > Présentation du rapport d’activités 2018
Communiqué de presse (28/06/2019) Nous suivre sur TwitterNous suivre sur Facebook


Conférence de presse de l’AFSCA
Présentation du rapport d’activités 2018
Une vision centrée sur le consommateur

  Ce vendredi 28 juin 2019, Herman Diricks, Administrateur délégué de l’AFSCA, a présenté à la presse le rapport d'activité 2018 de l'Agence alimentaire.

A l’occasion de la sortie de son rapport d’activité 2018, l’AFSCA a, par la voix de son Administrateur délégué Herman Diricks, dressé le bilan d’une agence alimentaire dont la mission est de protéger les consommateurs tout en veillant à répondre à ses préoccupations et ses attentes.

Constat n°1 : une agence alimentaire utile aux yeux des consommateurs

En 2018, l’AFSCA a mené une enquête de perception auprès des consommateurs. Si 88% d’entre eux estiment que l’AFSCA est indispensable en Belgique pour la sécurité du consommateur, 33 % estiment que l’AFSCA ne communique pas toujours de manière claire et transparente.
Une piste d’amélioration indéniable bien que la majorité des personnes interrogées ne sache pas que l’AFSCA affiche en ligne les résultats des inspections hygiène (www.foodweb.be), forme gratuitement les petites entreprises ou encore, publie les rappels de produits sur ses réseaux sociaux.

Des résultats qui prouvent que l’agence doit encore mieux se faire connaitre. Entre autres, comme action de suivi, une campagne lancée en 2019 et centrée sur les préoccupations du consommateur.

En ligne directe avec les consommateurs, le point de contact de l’AFSCA reçu, en 2018, 4 278 plaintes, dont 40 % étaient fondées. La majorité des plaintes donne lieu à une enquête sur place. Le top 3 des plaintes reçues et traitées porte sur l’hygiène, les méthodes de fabrication et conservation des denrées alimentaires et enfin, les toxi-infections alimentaires. La moitié des plaintes concerne le secteur horeca.

En 2018, le point de contact a également répondu à 6 392 questions de consommateurs : 8,7 questions sur 10 sont traitées dans les 4 jours.

Constat n°2 : l’accès aux informations sur les allergènes doit être amélioré afin de répondre aux attentes du consommateur

En Europe, depuis 2014, le consommateur doit avoir accès aux informations sur les allergènes contenus dans une denrée alimentaire, qu’elle soit emballée ou non.
Après une première phase de sensibilisation de 3 ans, l’AFSCA a décidé de contrôler plus sévèrement le respect de cette législation. Les résultats globaux des inspections en sont impactés : en 2018, dans le secteur B2C, la première cause de résultat d’inspection non favorable est le non-respect de la législation sur les allergènes.

En parallèle, l’AFSCA accompagne les entreprises par la formation mais aussi par la création et la diffusion de matériel didactique : brochure, vidéos, …

L’Agence alimentaire espère que ses actions (contrôles plus stricts mais aussi information et formations) porteront leurs fruits et, qu’en 2019, le résultat de ses initiatives se fera ressentir sur le quotidien des consommateurs touchés par une allergie ou une intolérance alimentaire.

Constat n°3 : En 10 ans, 75 000 professionnels ont bénéficié d’un accompagnement de l’AFSCA dans leurs activités.

Depuis 2008, la cellule de formation de l'AFSCA organise des formations gratuites pour des groupes d’entreprises du secteur de la distribution, là où le contact est direct avec les consommateurs. Ce service de l’AFSCA cible plus spécifiquement les petits établissements qui éprouvent des difficultés à comprendre ou à implémenter la réglementation. En 2018, 9 802 personnes ont été formées, soit une augmentation de 11% par rapport à l’année 2017.


Herman Diricks, Administrateur délégué de l’AFSCA : « 2018 a été une année particulièrement intense pour l'AFSCA, dans tous les maillons de la chaîne alimentaire. Outre les inspections et échantillonnages classiques, nous avons dû consentir des efforts considérables dans le domaine des maladies animales et végétales dans le secteur primaire, renforcer les contrôles dans le secteur de la transformation, lutter contre la fraude et assurer le suivi des plaintes des consommateurs dans le secteur de la distribution. La protection des consommateurs a été, est et reste notre préoccupation, d'où notre attention à l'étiquetage des denrées alimentaires et aux allergènes en particulier. »

Consultez le rapport d’activité 2018 : http://www.afsca.be/rapportactivites/2018/

Chiffres-clés du rapport annuel en 2018

  • 73 439 échantillons ont été prélevés par l’AFSCA : 96,5 % sont conformes (96,4% en 2017), soit 282 échantillons prélevés sur toute la Belgique en moyenne par jour ouvrable.
  • 88% des consommateurs estiment que l’AFSCA est indispensable en Belgique pour la sécurité du consommateur.
  • Chaque jour ouvrable, l’AFSCA traitre 16 plaintes de consommateurs. 8,8 plaintes sur 10 sont clôturées dans les 30 jours, et 40% de celles-ci sont fondées et mènent à des mesures.
  • En 10 ans, la cellule d’accompagnement de l’AFSCA a formé gratuitement 75 000 professionnels.
  • Les résultats des contrôles renforcés dans le secteur de la viande en 2018 sont positifs : amélioration des résultats de contrôle dans les abattoirs (+ 23%), dans les ateliers de découpe (+17%) et dans les entrepôts frigorifiques (+18%).



  Personne de contact pour la presse:
Stéphanie Maquoi
stephanie.maquoi@afsca.be
Tél. : 0478 69 57 84
Notre mission est de veiller à la sécurité de la chaîne alimentaire et à la qualité de nos aliments, afin de protéger la santé des hommes, des animaux et des plantes.

Version imprimable   |   Dernière mise à jour le 19.07.2019    |   Haut de la page
Conditions d'utilisation & disclaimer   |   Copyright © 2002- FAVV-AFSCA - Tous droits réservés   |   Extranet